• Hommage à Jean Rouch
    Enfant du 14e et du monde

    septembre-octobre 2019

  • Ouverture du festival

    « Hommage à Jean Rouch »

    Chronique d'un été

    Mardi 17 septembre à 19h45 au cinéma Chaplin Denfert

    soirée organisée par le ciné-quartier Mouton-Duvernet

    Ouverture de l'Hommage à Jean Rouch

    En présence de Jocelyne Rouch (présidente de la fondation Jean Rouch, sous réserve), Nadine Ballot (actrice dans Chronique d'un été), Andrea Paganini, Laurent Pellé (sous réserve), Laurent Védrine (sous réserve)

    Chronique d'un été

    de Jean Rouch et Edgar Morin (1961)

    « Comment te débrouilles-tu avec la vie ? Es-tu heureux ? ». Interrogeant des inconnus et des proches, Jean Rouch et Edgar Morin nous embarquent, au cours de l’été 1960, dans les rues de Paris pour nous révéler le quotidien, les aspirations et les blessures d’hommes et de femmes, d’étudiants et d’ouvriers, de jeunes Africains et de rescapés de la guerre. Tourné en caméra 16 millimètres et son synchrone, Chronique d’un été ne questionne pas seulement la « vérité » de ces personnes, mais nous invite également à une réflexion sur le dispositif même du film et la manière dont le cinéma peut nous dire la réalité.

    Chronique d'un été

    de Jean Rouch et Edgar Morin (1961)

    Vidéo de présentation du film (Éditions Montparnasse)

  • Shadowgram

    précédé de Cimetière dans la falaise

    samedi 21 septembre à 18h au 32 rue Saint-Yves

    Soirée organisée par le 32! ciné

    Cimetière dans la falaise

    de Jean Rouch (1950)

    Au pied des falaises de grès de Bandiagara (Mali), s’étend un village dogon. Un jeune homme du village d’Iréli s’est noyé, mais son corps n’a pas été « rendu » par Nommo, le génie de l’eau. Le prêtre Yébéné se rend à la rivière et l’implore de le restituer. Pour obtenir les faveurs du génie, il sacrifie un poussin. Le soir même, le corps est retrouvé. Le mort est alors porté jusque chez lui. À l’aube, la procession funèbre se poursuit, toujours au pas de course. Le corps est hissé jusqu’à la grotte qui sert de nécropole située en haut de la falaise.

    Shadowgram

    d'Augusto Contento (2017)

    Shadowgram est un film sur la mémoire des Afro-Américains vivant aux États-Unis. 50 ans après l’abolition des ignominieuses lois Jim Crow, quelque chose a-t-il vraiment changé ? A partir du South Side de Chicago, le plus dur ghetto des USA, le film dévoile la face cachée de l’Amérique d’aujourd’hui.

    Shadowgram

    d'Augusto Contento (2017)

    Official trailer

  • Jaguar

    Vendredi 27 septembre à 19h30 à l'annexe de la Mairie du 14e (26 rue Mouton-Duvernet)

    Soirée organisée par l'association ART MELE

    Jaguar

    de Jean Rouch (1967)

    Trois jeunes quittent leur village pour un long chemin à travers paysages et cultures inconnues vers Accra, capitale de la Gold Coast (actuel Ghana), d'où ils espèrent ramener prestige et fortune. Ce film ludique, road movie à pied ou ethno-fiction, entre traditions et futur en construction, est plein de diversité et de joie de vivre.

    Jaguar

    de Jean Rouch (1967)

    Extrait vidéo.

  • Jean Rouch, cinéaste aventurier

    précédé de Pam kuso kar (Briser les poteries de Pam)

    samedi 28 septembre à 16h au Poinçon (avenue du Général Leclerc - rue de Coulmiers)

    événement organisé par l'association Paris 14 Territoire de Cinéma

    Pam kuso kar

    (Briser les poteries de Pam)

    de Jean Rouch (1974)

    Pam Sambo Zima, prêtre du rituel de possession de la ville de Niamey depuis 1939, est mort en mars 1974. Jean Rouch filme, en un seul plan séquence, la réunion des initiés et des fidèles dans la cour de la concession de Pam. Ceux-ci sont venus briser symboliquement les poteries et partager les vêtements rituels, tandis que les musiciens frappent les tambours calebasses. Le deuil étant levé, les dieux du ciel peuvent désigner le successeur de Pam Sambo Zima. C'est la doyenne des initiés qui est choisie pour présider au rituel de danse de possession.

    Jean Rouch, cinéaste aventurier

    de Laurent Védrine (2017)

    Le destin du réalisateur Jean Rouch se confond avec son œuvre foisonnante : entre ethnologie savante, surréalisme, innovations filmiques et récits d’aventures en Afrique. Né en 1917, cet artiste a marqué l’histoire du cinéma de la seconde partie du XXe siècle. À Niamey, sur les rives du fleuve Niger où il repose désormais, ses compagnons de route et ses héritiers dressent le portrait sensible du cinéaste fondateur de l’ethnofiction et du cinéma-vérité, qui avait le génie d’inventer sa vie en racontant celle des autres.

    Débat avec Laurent Védrine

    réalisateur du film Jean Rouch, cinéaste aventurier

    Après la projection.

    Exposition de photos de Jean Rouch

    de Jean Rouch et Raymond Depardon (1981)

    À partir de 16h au Poinçon.

  • La goumbé des jeunes noceurs

    Dimanche 29 septembre à 17h30 au Foyer de Gergovie (12 passage de Gergovie)

    événement organisé par l'association Paris 14 Territoire de Cinéma

    La goumbé des jeunes noceurs

    de Jean Rouch (1965)

    A Abidjan dans le quartier populaire de Treichville, l’association La goumbé des jeunes noceurs se réunit pour de spectaculaires exhibitions de chants et de danses modernes. Elle regroupe d’anciens villageois venus tenter leur chance en ville. Grâce à la goumbé, ils espèrent maintenir la tradition rurale et s’assurer entraide et solidarité. Le secrétaire général nous en fait la présentation.

    débat autour de La goumbé des jeunes noceurs

    Avec Andrea Paganini, Nadine Bellot.

    La goumbé des jeunes noceurs

    de Jean Rouch (1965)

    Extrait vidéo (Éditions Montparnasse)

  • Dionysos

    Mercredi 9 octobre à 20h au cinéma l'Entrepôt

    soirée organisée par le ciné-club Pernety

    Dionysos

    de Jean Rouch (1983)

    Un mystérieux candidat, Hugh Gray défend une thèse paradoxale sur « La nécessité du culte de la nature dans les sociétés industrielles ». Pendant la soutenance des jeunes femmes belles et dénudées apparaissent comme un chœur des bacchantes face à celui des professeurs. Après avoir entraîné le jury dans un voyage hors du temps et de l’espace, l’impétrant est proclamé Docteur ès Lettres. Hugh Gray : Dionysos, transforme une usine en « atelier plaisir » dans lequel les ouvriers travaillent dans la joie pour créer un nouveau prototype de voiture « la panthère parfumée ». A la fin de la construction, les ouvriers se débarrassent de leurs vêtements quotidiens et la fête dionysiaque peut commencer.

  • Plus court est la nuit... jusqu'au dernier métro

    Nuit du court métrage

    Samedi 12 octobre à 19h30 au centre Ángel Parra (Paris Anim Vercingétorix), salle Gong

    soirée événement organisée par Art Mele

    Nuit du court métrage

    Festival de courts métrages organisé par ART MELE

    Trois fois 90 minutes de courts métrages autour de figures du cinéma.

    Les lieux, les talents des courts métrages, le cinéma.

    Chaque séance sera suivie d'une pause café (événement gratuit et ouvert à tous)

    Mammy Water

    de Jean Rouch (1953)

    Au sein du programme de la nuit du court métrage, découvrez Mammy Water, de Jean Rouch: un court métrage sur l'esprit des eaux (Manman dilo en créole). Extrait vidéo.

    Ciné-Portrait de Raymond Depardon

    de Jean Rouch et Raymond Depardon (1981)

     

    Au sein du programme de la nuit du court métrage, découvrez le Ciné-portrait de Raymond Depardon. À l'occasion de la sortie de Reporters, Jean Rouch filme Raymond Depardon qui filme Jean Rouch.

     
  • Regards croisés sur Ispahan

    Jean Rouch et Agnès Varda

    deux grands cinéastes de Paris 14e

    Mercredi 16 septembre à 17h au Poinçon (avenue du Général Leclerc - rue de Coulmiers)

    événement organisé par l'association Paris 14 Territoire de Cinéma

    Ispahan, lettre persane

    de Jean Rouch (1977)

    Après avoir admiré une vue panoramique de la place royale de la ville d'Ispahan, Jean Rouch et Farrokh Gaffary, transformé en guide pour l'occasion, nous conduisent sur le rythme de la promenade et de la conversation vers la grande mosquée du Chah. Cette visite se fait badine et enjouée, chaque espace parcouru met en évidence le calme et la beauté de la mosquée. Ce circuit est ponctué par des commentaires sur l'architecture qui s'exprime tantôt dans l'ornement, tantôt dans la sobriété. Puis la conversation s'oriente sur le rapport qu'entretient l'islam avec la représentation humaine par le biais du cinéma, avec la mort et la sexualité.

    Plaisir d'amour en Iran

    d'Agnès Varda (1976)

    Comment parler d'amour : en levant les yeux vers les mosquées ou en parlant d'architecture au creux de l'oreiller ? Une variation sur les émois amoureux de Pomme et Ali Darius (dans L'Une chante l'autre pas). Mais ce peut être aussi la rêverie de n'importe quel couple d'amoureux dans les lieux aussi parfaits que la grande mosquée du Roi à Ispahan, point de jonction de l'art sacré et de l'art profane.

    Damouré parle du SIDA

    de Jean Rouch (1993)

    Dans son vrai cabinet de Niamey (Niger), le « docteur » Damouré Zika reçoit les « patients » Lam Ibrahim Dia et Tallou Mouzourane, venus lui poser un certain nombre de questions sur cette nouvelle maladie, sa nature, les manières de s'en protéger... Damouré leur donne toutes les explications et tous les conseils, en faisant au besoin des démonstrations, et en terminant sur une boutade philosophique.

    Plaisir d'amour en Iran

    d'Agnès Varda (1976)

    Extrait vidéo.

    Table ronde sur l'œuvre de Jean Rouch

    Avec Jocelyne Rouch (sous réserve), Laurent Pellé, Nadine Ballot, Andrea Paganini, Christiane Étévé, Laurent Védrine (sous réserve).

     

    Présentation du nouveau coffret « Il était une fois Jean Rouch : 7 films sur Jean Rouch »

  • Programme complet

    Hommage à Jean Rouch

    Organisé par Paris 14 Territoire de cinéma

    Programme de l'Hommage à Jean Rouch

    Hommage à Jean Rouch, « le griot gaulois », enfant du 14e et du monde.

    Organisé par Paris 14 Territoire de cinéma du 17 septembre au 16 octobre 2019